Search

Actualités de dernière minute

Table of Contents

En juin, la Russie réduira sa production de pétrole à 9 millions de barils par jour

La Russie s’est engagée à réduire sa production de pétrole à 9 millions de barils par jour (bpj) en juin, selon les déclarations du ministre de l’Énergie russe Alexander Novak. Cette réduction est une partie des efforts de la Russie pour stabiliser le marché du pétrole et éviter une surproduction qui pourrait faire chuter les prix.

Novak a souligné que la Russie envisage d’augmenter le raffinage du pétrole pour répondre à la demande intérieure et pour éviter les risques liés aux fluctuations du marché. Il a noté que le pays dispose d’une capacité de raffinage suffisante pour produire plus d’essence et de diesel, et même pour exporter ces produits.

La Russie est également impliquée dans un accord de réduction de la production de pétrole avec l’Organisation des pays exportateurs de pétrole et ses alliés (OPEP+). Depuis mai 2020, les pays membres de l’OPEP+ ont réduit leur production de pétrole pour stabiliser les prix du brut. Ces réductions ont été ajustées à plusieurs reprises, avec la dernière décision en juin 2023 pour prolonger l’accord jusqu’en 2024 et réduire l’objectif global de production de pétrole de 1,4 million de barils par jour.

En plus des réductions obligatoires, certains pays de l’OPEP+, dont la Russie, ont pris des engagements volontaires pour réduire davantage leur production de pétrole. Ces réductions volontaires, combinées aux baisses obligatoires, visent à équilibrer l’offre et la demande sur le marché mondial du pétrole.

En novembre 2023, les pays de l’OPEP+ ont décidé de réduire volontairement leur production de pétrole de 2,2 millions de barils par jour jusqu’à la fin du premier trimestre 2024. Ces efforts conjoints visent à stabiliser les prix du pétrole et à garantir la durabilité du marché à long terme.

Ainsi, la Russie joue un rôle actif dans la régulation de la production de pétrole mondiale pour assurer la stabilité des prix et prévenir les risques de surproduction. La décision de réduire la production à 9 millions de bpj en juin montre l’engagement du pays à coopérer avec d’autres producteurs pour maintenir l’équilibre sur le marché du pétrole.

Partagez cette article:

Abonnez-Vous Maintenant

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Table des matières