Search

Actualités de dernière minute

Table of Contents

hausse du trafic passagers de 17% à fin février 2024 Augmentation de 17% du trafic passager jusqu’à fin février 2024


Pour le seul mois de février 2024, ce trafic a affiché une forte hausse de 19% pour s’établir à 2.266.620 passagers, indique l’ONDA dans un communiqué, précisant que l’aéroport Mohammed V, représentant 33% du trafic global, a accueilli 747.985 passagers, soit une progression de 12% par rapport à février 2023.
 
De même, la plupart des autres aéroports ont enregistré des taux de croissance à deux chiffres, notamment Marrakech-Menara (+26%), Agadir Al Massira (+26%), Tanger Ibn Batouta (+10%), Fès Sais (+12%), Rabat Salé (+36%), Nador El Aroui (+13%), Oujda Angads(+14%), etc, fait savoir la même source, notant que cette performance a été tiré essentiellement par le trafic international qui a représenté 91% du trafic global.
 
Concernant le trafic international, il a connu une hausse de 20% par rapport au mois de février 2023, en s’établissant à 2.066.494 passagers accueillis. Cette croissance a concerné tous les faisceaux géographiques.
 
Ainsi, l’Europe, qui représente 84% du total du trafic international, a enregistré une augmentation à deux chiffres (+20%). Les autres marchés, le Moyen-Orient et l’Extrême-Orient, l’Afrique, l’Amérique du Nord et les pays du Maghreb ont progressé respectivement de 25%, 22%, 12% et 19%.
 
Pour ce qui est du trafic intérieur, il a enregistré une croissance de 8% par rapport à février 2023, pour s’élever à 200.126 passagers. Ainsi, durant ce mois de février, ce trafic a renoué avec la croissance, en enregistrant une augmentation de l’ordre de 3% comparativement à février 2019.
 
S’agissant des mouvements aéroportuaires, l’ONDA fait savoir que le mois de février 2024 a enregistré 16.252 vols au départ et à l’arrivée dans l’ensemble des aéroports du Maroc, ce qui représente une augmentation de 12% par rapport à février 2023. L’aéroport Mohammed V a représenté 36% de ce trafic, suivi par Marrakech Menara avec 27% et Agadir Al Massira avec 9%.
 
Le trafic fret a, pour sa part, grimpé de 35% durant le mois de février 2024, atteignant 7.826 tonnes, contre 5.799 tonnes en février 2023.

Au cours des deux premiers mois de l’année 2024, le secteur du transport aérien a enregistré une hausse significative du trafic passagers, avec une augmentation de 17% par rapport à la même période de l’année précédente. Cette performance témoigne d’une reprise évidente du secteur, qui avait été durement touché par la crise sanitaire mondiale.

Cette croissance du nombre de passagers est encourageante pour l’industrie aéronautique, qui a été fortement impactée par la pandémie de Covid-19 et les restrictions de voyages qui en ont découlé. Les compagnies aériennes ont dû faire face à des baisses drastiques de fréquentation, d’innombrables vols annulés et des pertes financières conséquentes. La reprise du trafic passagers est donc une excellente nouvelle pour l’ensemble du secteur.

Cette augmentation du nombre de passagers peut s’expliquer par plusieurs facteurs. Tout d’abord, la mise en place de mesures sanitaires strictes dans les aéroports et à bord des avions a permis de rassurer les voyageurs quant à leur sécurité. De plus, la campagne de vaccination massive a contribué à la diminution du nombre de cas de Covid-19, ce qui a rendu les déplacements plus sûrs et plus attractifs pour les voyageurs.

Par ailleurs, la reprise économique et la levée des restrictions de voyage dans de nombreux pays ont également joué un rôle important dans cette hausse du trafic passagers. Les voyageurs sont de plus en plus désireux de retrouver une certaine normalité et de découvrir de nouveaux horizons après des mois de confinement et de restrictions.

Cette évolution positive du trafic passagers est donc un signal fort de la reprise du secteur du transport aérien. Les compagnies aériennes pourraient ainsi envisager une augmentation de leurs activités et de leurs investissements dans les mois à venir, afin de répondre à une demande croissante de transport aérien. Il reste cependant à surveiller de près l’évolution de la situation sanitaire mondiale, qui pourrait avoir un impact sur la reprise du secteur dans les mois à venir.

Partagez cette article:

Abonnez-Vous Maintenant

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Table des matières