Search

Actualités de dernière minute

Table of Contents

La coopération entre l’UE et le Maroc est « solide » et « stratégique »


‘’La coopération de l’UE en matière de recherche et innovation avec le Maroc revêt une importance stratégique pour les deux parties, qui ont signé un accord il y a plus de 20 ans, et elle est solide, comme en témoigne la participation importante du Maroc aux appels à propositions d’Horizon Europe (le programme européen de recherche et d’innovation), qui présente l’un des taux de participation les plus élevés parmi les pays tiers de la Méditerranée’’, a souligné la porte-parole dans une interview à la MAP.
 
L’avenir de ce partenariat a été au centre d’entretiens, récemment à Bruxelles, entre la Commissaire européenne à l’Innovation, la recherche, la culture, l’éducation et la jeunesse, Iliana Ivanova, et le ministre de l’Enseignement supérieur, de la recherche scientifique et de l’innovation, Abdellatif Miraoui. Les échanges ont porté notamment, selon la CE, sur les négociations en cours en vue d’un accord international entre l’UE et le Maroc, visant à modifier et compléter l’accord existant entre Rabat et Bruxelles, afin de permettre la continuation de sa participation à PRIMA (Partenariat pour la Recherche et l’Innovation en Méditerranée) pour la période 2025-2027.
 
D’après la porte-parole de l’Exécutif européen, le Maroc bénéfice actuellement d’un ‘’dispositif transitoire’’, permettant aux entités marocaines d’être considérées comme éligibles à la participation et au financement dans le cadre de toutes les actions d’Horizon Europe, sous réserve d’avoir conclu un accord d’association au moment de la signature des subventions.
 
‘’Cet arrangement privilégié, décidé sur une base temporaire par l’UE pour tenir compte de la situation des pays en cours d’association, a donné un élan à la performance du Maroc dans Horizon Europe’’, a-t-elle assuré, ajoutant que dans le cadre du programme Erasmus+, le Maroc ‘’reste compétitif en termes d’absorption du budget’’ alloué par l’UE à la dimension international de ce programme.
 
‘’En termes de mobilités, depuis le début du programme, 1.793 étudiants et enseignants sont allés dans des pays associés à Erasmus+, et 668 étudiants et enseignants sont venus de ces pays au Maroc. Entre 2021 et 2023, 64 étudiants marocains ont bénéficié de bourses Erasmus Mundus pour accéder à un diplôme de master en Europe’’, a-t-elle détaillée.
 
Et de poursuivre qu’en 2022 et 2023, le Maroc a participé dans des projets de renforcement des capacités dans l’enseignement supérieur (36 projets) et dans l’enseignement et la formation professionnelle (11), dans 27 projets de renforcement des capacités dans la jeunesse entre 2021-2023 et dans 4 projets Jean Monnet en 2023.
 
Selon la porte-parole, ‘’ces résultats montrent un taux relativement important de mobilité sortante et entrante’’, estimant que ‘’le Maroc pourrait être plus actif quant aux projets internationaux de renforcement des capacités, surtout dans l’enseignement supérieur’’.
 
‘’La Commission se tient prête à soutenir le Maroc par tous les moyens possibles’’, a-t-elle assuré.
 
Pour ce qui est de PRIMA, elle a indiqué que 207 bénéficiaires marocains ont été financés à hauteur de 22,5 millions d’euros depuis le début de ce Partenariat pour la recherche et l’innovation en Méditerranée en 2018, faisant observer que ‘’ce sont des résultats impressionnants qui suggèrent clairement que la poursuite de la participation du Maroc à PRIMA revêt un intérêt stratégique pour la coopération entre l’UE et le Maroc en matière de R&I’’.
 
La porte-parole a indiqué, à cet effet, que pour la période 2025-2027, l’accord international UE-Maroc existant, signé en 2018, doit être amendé et complété, par un échange de lettres, pour tenir compte de l’extension de PRIMA en ce qui concerne Horizon Europe.
 
‘’Notre objectif commun est de garantir que les chercheurs marocains puissent continuer à répondre aux appels à propositions qui seront lancés dès 2025. Pour cela, l’extension de l’accord UE-Maroc sur PRIMA devrait être applicable avant la fin de 2024’’, a-t-elle estimé.
 
Elle a, par ailleurs, évoqué les partenariats pour les talents (Talent Partnerships), qui ont été lancés en juin 2021 et qui sont des initiatives sur mesure entre des partenaires européens et internationaux, combinant un soutien direct aux programmes de mobilité, le renforcement des capacités dans des domaines tels que le marché du travail ou l’intelligence des compétences, et l’investissement dans le capital humain.
 
‘’La Commission encadre actuellement l’élaboration de partenariats pour les talents avec cinq pays partenaires, dont le Maroc, qui progressent vers la phase de mise en œuvre par la définition de programmes et de feuilles de route concrets’’, a-t-elle fait savoir.

Partagez cette article:

Abonnez-Vous Maintenant

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Table des matières