Search

Actualités de dernière minute

Table of Contents

l’accord agricole est bénéfique aux populations du Sahara Le traité agricole profite aux habitants du Sahara


La publication de ce rapport annuel, par les services de la Commission européenne et du Service Européen de l’Action Extérieure (SEAE), intervient au lendemain du revers infligé par l’Avocate générale près la Cour de justice de l’UE, qui a ôté au ‘’Polisario’’ toute représentativité et réaffirmé la pertinence de l’accord agricole entre Rabat et Bruxelles.
 
Le rapport, qui s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre de l’accord sous forme d’échange de lettres, modifiant les Protocoles 1 et 4 de l’Accord d’association Maroc-UE, entré en vigueur le 19 juillet 2019, communément appelé ‘’Accord agricole’’, poursuit, à l’instar des années précédentes, sa tonalité positive, en détaillant point par point les multiples aspects des bénéficies qu’apporte cet accord à la population des provinces du sud du Royaume.
 
Doublement pertinent, le rapport reflète, d’une part, la qualité du Partenariat entre le Maroc et l’Union européenne, et témoigne de la mise en œuvre satisfaisante de l’Accord agricole, notamment grâce aux outils de dialogue et d’échange d’informations existants entre les deux parties. Et déconstruit, de l’autre, et pour la cinquième fois consécutive, la propagande nourrie par l’Algérie et les séparatistes pour tenter de remettre en question la légalité des Accords entre le Maroc et l’UE.
 
Données chiffrées à l’appui, le document confirme les retombées positives de cet Accord sur le développement socio-économique des régions du Sahara marocain, en termes de croissance économique, de production et d’exportation des produits agricoles et de la pêche, de création d’emplois et d’investissements.
 
En effet, détaille le rapport, en 2022, 203.000 tonnes de produits originaires des provinces du sud du royaume ont été exportées vers l’UE contre environ 100.000 tonnes avant l’application de l’accord. La valeur des exportations originaires des provinces du sud vers l’UE s’est élevée à 590 millions d’euros (6,410 milliards de DH).
 
L’impact sur l’emploi est tout aussi évident. Le nombre d’emplois est en hausse par rapport à 2021 : en 2022, on estime que l’accord aurait permis de créer plus de 49.000 emplois directs dans les provinces du sud (+ 7.000 par rapport à 2021), ce qui représente un peu plus de 18 % de la population active du territoire.
 
L’Exécutif européen et le SEAE mettent également en avant les projets d’infrastructure importants qui sont en cours de construction, notamment dans les domaines du dessalement de l’eau de mer et des énergies renouvelables, ainsi que l’impact des mesures déployées en termes d’investissements, d’amélioration des conditions au travail, d’intégration socioéconomique, de soutien vigoureux à la jeunesse, ou encore de développement des infrastructures.
 
Ils passent, tout aussi, en revue les effets de l’accord sur les ressources naturelles, relevant que le Maroc a pris des mesures majeures dans la lutte contre le stress hydrique, en investissant des centaines de millions d’euros dans le développement de projets de stations de dessalement de l’eau, qui sont alimentées par des sources d’énergies renouvelables.
 
Grace à leur effet multiplicateur à différents niveaux, ces investissements, soulignent-ils, devraient contribuer au développement économique des territoires et accroître leur attractivité pour les investisseurs locaux et internationaux, tout en permettant de développer de nouvelles activités industrielles qui pourraient bénéficier de l’accord.
 
De manière globale, le rapport d’une trentaine de pages met en lumière les avancées considérables réalisées par le Maroc pour le développement socio-économique de ses Provinces du Sud, dans le cadre du ‘’Programme de développement 2016-2021’’, initié par Sa Majesté le Roi Mohammed VI, à travers la mise en place de projets socio-économiques d’envergure et différentes politiques publiques déployées dans ces régions.
 
Par sa tonalité et les données détaillées fournies, le rapport reflète la mise en œuvre satisfaisante de l’accord et confirme le développement continu des échanges commerciaux entre les deux parties, grâce au mécanisme tarifaire dont bénéficient les produits marocains, destinés à l’exportation vers l’UE, issus des douze régions marocaines.
 
N’éludant aucun volet, le rapport met en avant les réalisations importantes du Maroc en matière de protection des droits de l’Homme au niveau national, et son rôle de premier plan au niveau multilatéral, mettant la lumière sur son élection à la Présidence du Conseil des Droits de l’Homme.
 
Il rappelle la qualité du dialogue qu’entretiennent le Maroc et l’UE dans le cadre des structures de dialogue de l’Accord d’Association et le rôle important joué par les Commissions régionales des Droits de l’Homme à Dakhla et Laâyoune, réitéré dans la dernière résolution du Conseil de Sécurité de l’ONU.
 
Les services de l’UE ont, en effet, pu échanger avec différents acteurs économiques et représentants de la société civile, y compris les organisations non-gouvernementales actives dans le domaine des droits de l’Homme dans ces régions, qui ont souligné l’importance primordiale de l’Accord, sa mise en œuvre satisfaisante et son impact bénéfique sur le développement socio-économique des régions du Sahara marocain.
 
S’agissant de la Question Nationale, le rapport fait sienne la demande insistante du Conseil de Sécurité d’un enregistrement des populations séquestrées à Tindouf en Algérie et de l’importance de prendre toutes les mesures nécessaires à cet effet. Il rappelle le soutien résolu de l’UE à l’Envoyé personnel du Secrétaire général de l’ONU, Staffan De Mistura, et au processus des Nations unies, tout en se tenant prête à contribuer au renforcement de la coopération régionale.
 
À travers ce rapport, qui sonne comme une fin de non-recevoir à l’adresse de l’Algérie, l’Union européenne atteste en effet de son engagement d’assurer la continuité de la relation commerciale avec le Maroc et illustre, de nouveau, l’engagement des institutions européennes en faveur de la stabilité et du développement du partenariat économique global, stratégique et de longue date avec le Maroc.

L’accord agricole est bénéfique aux populations du Sahara

L’accord agricole est un accord qui vise à promouvoir le développement agricole dans les régions arides et semi-arides, telles que le Sahara. Cet accord est crucial pour les populations vivant dans ces régions, car il leur offre de nombreuses opportunités pour améliorer leurs conditions de vie.

Tout d’abord, l’accord agricole permet aux populations du Sahara d’avoir un accès plus facile aux ressources nécessaires à l’agriculture, telles que l’eau et les semences. En facilitant l’approvisionnement en ces ressources, cet accord contribue à augmenter la productivité agricole de la région, ce qui se traduit par une meilleure sécurité alimentaire pour les habitants du Sahara.

De plus, l’accord agricole favorise le développement de l’agriculture durable dans le Sahara. En encourageant des pratiques agricoles respectueuses de l’environnement et en promouvant la conservation des ressources naturelles, cet accord contribue à préserver les écosystèmes fragiles de la région tout en assurant la pérennité de l’agriculture saharienne.

Par ailleurs, l’accord agricole offre aux populations du Sahara de nouvelles opportunités économiques. En favorisant le développement des filières agricoles locales et en facilitant l’accès aux marchés internationaux, cet accord permet aux agriculteurs sahariens d’augmenter leurs revenus et de diversifier leurs activités, contribuant ainsi à la création d’emplois et à la réduction de la pauvreté dans la région.

Enfin, l’accord agricole est également bénéfique pour la sécurité alimentaire et la stabilité sociale du Sahara. En renforçant les capacités agricoles des populations locales, cet accord contribue à réduire leur dépendance à l’égard de l’aide alimentaire extérieure et à renforcer leur résilience face aux chocs économiques et climatiques, ce qui permet de garantir une meilleure sécurité alimentaire et une plus grande stabilité sociale dans la région.

En conclusion, l’accord agricole est un outil essentiel pour le développement des populations du Sahara. En favorisant le développement agricole, en promouvant l’agriculture durable, en offrant de nouvelles opportunités économiques et en renforçant la sécurité alimentaire et la stabilité sociale de la région, cet accord contribue à améliorer durablement les conditions de vie des habitants du Sahara et à assurer un avenir plus prospère pour cette région souvent négligée.

Partagez cette article:

Abonnez-Vous Maintenant

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Table des matières