Search

Actualités de dernière minute

Table of Contents

Baisse de 20% des débarquements de pêche à fin février Les débarquements de pêche ont baissé de 20% à la fin de février


La valeur marchande de ces captures a baissé de 11% à environ 17,01 millions de dirhams (MDH), contre plus de 19,15 MDH à fin février 2023, a précisé l’ONP dans son dernier rapport sur les statistiques sur la pêche côtière et artisanale au Maroc.
 
Par espèce, les quantités de poissons pélagiques débarquées dans ce port ont reculé de 21% au cours des deux premiers mois de 2024 à 455 T, pour une valeur estimée à environ 3,94 MDH (-5%), contre plus de 4,16 MDH/ 579 tonnes à fin février 2023.
 
Les débarquements des poissons blancs ont également régressé de 3% à 70 tonnes, pour une valeur de plus de 4,67 MDH (+1%), contre plus de 4,61 MDH/ 73 tonnes en glissement annuel.
 
S’agissant des débarquement des céphalopodes, ils ont accusé une baisse de 9% à 101 tonnes pour des recettes de plus 6,05 MDH (-5%), tandis que pour les crustacés, les débarquements ont reculé de 45% à 40 tonnes, générant des revenus de plus de 2,34 MDH (-41%).
 
Au niveau national, les débarquements des produits commercialisés de la pêche côtière et artisanale ont atteint 91.996 tonnes à fin février 2024, en baisse de 22% par rapport à la même période une année auparavant. En valeur, ces débarquements sont en recul de 2% à plus de 2,01 milliard s de dirhams.

Selon les dernières données fournies par le ministère de l’Agriculture, de la Pêche et de l’Alimentation, les débarquements de pêche en France ont enregistré une baisse significative de 20% à la fin du mois de février par rapport à la même période de l’année précédente. Cette diminution alarmante soulève des préoccupations quant à la santé de l’industrie de la pêche en France.

Cette baisse des débarquements de pêche peut être attribuée à plusieurs facteurs, notamment les conditions météorologiques défavorables qui ont entravé les activités de pêche dans certaines régions côtières. En outre, la crise sanitaire mondiale de la COVID-19 a également eu un impact négatif sur le secteur de la pêche en limitant les exportations et en perturbant les chaînes d’approvisionnement.

Cette situation est particulièrement préoccupante pour les pêcheurs et les entreprises du secteur de la pêche qui dépendent des débarquements pour leur subsistance. La baisse des débarquements de pêche se traduit par une diminution des revenus pour de nombreux acteurs de l’industrie, ce qui met en péril la viabilité économique de nombreuses entreprises.

Face à cette crise, le gouvernement français a annoncé des mesures de soutien pour aider les pêcheurs et les entreprises du secteur de la pêche à surmonter cette période difficile. Parmi les mesures envisagées figurent des subventions et des aides financières pour compenser les pertes de revenus, ainsi que des initiatives visant à promouvoir la consommation de produits de la mer locaux.

Il est essentiel de prendre des mesures immédiates pour soutenir l’industrie de la pêche en France et garantir sa durabilité à long terme. Il est également important d’encourager la collaboration entre les différents acteurs de la filière pour trouver des solutions innovantes et durables face aux défis auxquels est confrontée l’industrie de la pêche.

En conclusion, la baisse de 20% des débarquements de pêche à la fin du mois de février en France est un signal d’alarme pour l’industrie de la pêche. Il est impératif de prendre des mesures immédiates pour soutenir les pêcheurs et les entreprises du secteur et assurer la pérennité de cette industrie cruciale pour l’économie française.

Partagez cette article:

Abonnez-Vous Maintenant

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Table des matières