Search

Actualités de dernière minute

Table of Contents

le 80e anniversaire de la Libération se fera sous le signe de la « renaissance de la Nation »



Le programme des commémorations du 80e anniversaire de la Libération a été dévoilé. Le président Emmanuel Macron lancera ce temps mémoriel par un premier déplacement dans le Vercors en avril. Puis il se rendra en juin en Bretagne et en Normandie, ainsi qu’à Oradour-sur-Glane.

Publié le :

4 mn

Deux semaines après l’entrée au Panthéon du résistant arménien Missak Manouchian, l’Élysée a annoncé, mercredi 6 mars, une série de nouveaux temps forts mémoriels à l’occasion du 80e anniversaire de la Libération.

« 2024 fera mémoire de la renaissance de notre Nation : notre pays s’apprête à commémorer en effet le 80e anniversaire de sa Libération et à célébrer le courage de nos libérateurs, résistants, soldats des pays alliés, combattants de l’armée reconstituée par la France libre sur le continent africain… », a expliqué le président Emmanuel Macron dans une vidéo.

« Parmi tous ceux qui nous ont libérés, beaucoup d’étrangers, ou beaucoup de Français d’origine étrangère, comme Missak Manouchian (…) que nous venons d’honorer. Beaucoup venus d’Afrique, beaucoup venus aussi du Pacifique ou du monde entier », a-t-il ajouté.


Le chef de l’État lancera ces commémorations le 16 avril dans le Vercors, théâtre d’un important maquis. Il se rendra ensuite le 5 juin dans le Morbihan pour rendre hommage aux SAS de la France libre parachutés lors de la nuit du Débarquement en Bretagne et aux résistants du maquis de Saint-Marcel. Dans la même journée, il fera un déplacement à Saint-Lô, dans la Manche, pour saluer la mémoire des victimes civiles des opérations du Débarquement.

Présence des derniers vétérans pour le « D-Day »

Le lendemain, pour les 80 ans du « D-Day », Emmanuel Macron présidera une cérémonie britannique, américaine et canadienne à Saint-Laurent-sur Mer, dans le secteur d’Omaha Beach. Cet événement sera marqué par la présence des derniers vétérans de la Seconde Guerre mondiale, dont 200 attendus de l’étranger et « quelques survivants » français, selon l’Élysée.

La question d’une délégation russe est en réflexion, a par ailleurs indiqué la présidence de la République, alors que Vladimir Poutine était présent au 70e anniversaire du Débarquement de Normandie, mais absent il y a cinq ans.

Le 7 juin, le président de la République commémorera à Bayeux (Calvados) et Cherbourg (Manche) la persistance de la République et, trois jours plus tard, il se rendra à Tulle (Corrèze) et Oradour-sur-Glane (Haute-Vienne), théâtre d’exactions nazies. Le 18 juin, le traditionnel hommage à l’appel du général de Gaulle se fera au Mont-Valérien (Hauts-de-Seine) et à l’île de Sein (Finistère).

Outre un défilé du 14-Juillet lors duquel sera évoquée « l’universalité des valeurs de ceux qui ont libéré le pays », un hommage à la libération de la Provence, avec un « vrai débarquement » par de « vrais militaires » et « une manœuvre amphibie », doit avoir lieu courant août, avant un hommage aux résistants de Provence.

Quatre-vingt ans après la libération de Paris en août, un événement « populaire » se tiendra autour de la place Denfert-Rochereau de la capitale, puis, fin novembre, seront commémorés la libération de Strasbourg et les derniers combats sur le sol français.

« Transmettre le flambeau de ce noble combat »

L’Élysée a aussi insisté sur la mise en place d’un programme commémoratif composé « de milliers d’événements locaux » sous l’égide d’un groupement d’intérêt public nommé « Mission Libération ». Dans ce cadre, une vaste collecte de témoignages, de films, de photographies et de journaux personnels a été lancée auprès des citoyens français. « Faites-les connaître, partagez, faites de ces traces parfois familiales, intimes, des instruments de nos historiens, des matériaux qui vont devenir le matériau d’une mémoire familiale à ceux d’une histoire nationale », a ainsi demandé Emmanuel Macron.

Les Français sont aussi appelés à célébrer le jour anniversaire de la libération de leur village et de leur ville. Enfin, il est également proposé aux élèves « d’être les acteurs de cette mémoire » en rédigeant des récits sur les héros ou les témoins de cette époque.

« Alors que la guerre est de retour en Europe et que nous avons encore cette année l’occasion d’honorer les derniers combattants de notre Libération, il nous faut valoriser au mieux cette occasion pour mesurer le prix de notre liberté, pour transmettre le flambeau de ce noble combat à nos jeunes générations, pour y puiser une précieuse énergie qui renforcera notre cohésion et nous aidera à bâtir notre avenir », a ainsi conclu le président français.

Avec AFP

Partagez cette article:

Abonnez-Vous Maintenant

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Table des matières