Search

Actualités de dernière minute

Table of Contents

Les recettes réduiront le déficit budgétaire du Maroc en 2024 En 2024, les recettes contribueront à la réduction du déficit budgétaire au Maroc


Selon le dernier bulletin mensuel du ministère, les recettes publiques ont bondi de manière impressionnante, grimpant de 16%, pour atteindre un total de 49,9 milliards de dirhams au cours des deux premiers mois de 2024. Un véritable coup de pouce pour les coffres de l’État, mais l’histoire ne s’arrête pas là.

En parallèle, les dépenses ont également augmenté, mais à un rythme moins soutenu, s’élevant à 59,6 milliards de dirhams, soit une hausse de 10,9% par rapport à la même période l’an dernier. Cette croissance maîtrisée des dépenses a joué un rôle crucial dans la réduction du déficit budgétaire du pays. En effet, celui-ci, à fin février, s’est rétréci de manière significative, chutant à 9,6 milliards de dirhams, soit une baisse d’environ 9,5% par rapport à l’année précédente.

Ce résultat n’est pas le fruit du hasard, mais plutôt celui d’une stratégie délibérée de gestion fiscale et budgétaire. Une grande partie de la croissance des recettes peut être attribuée à une augmentation de la collecte des impôts, qui représente plus de 80% des recettes totales du budget.

Cependant, le tableau n’est pas exempt de défis. Les dépenses, bien que maîtrisées dans l’ensemble, ont été quelque peu alourdies par une augmentation des salaires des fonctionnaires de l’État, enregistrant une hausse d’environ 3,8%.

De plus, des facteurs externes viennent également influencer la situation financière du Royaume. Les intérêts de la dette extérieure du Maroc ont grimpé de manière notable, augmentant de 48,6% pour atteindre 1,2 milliard de dirhams fin février. Cependant, cette augmentation a été contrée par une baisse des intérêts de la dette intérieure.

Pourtant, le Maroc demeure sur la voie de la réforme et de la croissance économique. Les prévisions du Fonds Monétaire International indiquent une trajectoire positive, avec une prévision de réduction du déficit budgétaire à 3,3% d’ici 2026. Une perspective encourageante qui met l’accent sur l’importance de la discipline budgétaire et de l’efficacité des politiques fiscales.

Pour y parvenir, le gouvernement s’est engagé à intensifier ses efforts pour accroître les recettes fiscales et rationaliser les dépenses. Des mesures telles que la réforme de la collecte des impôts et l’expansion des recettes non fiscales sont au cœur de cette stratégie.

Les recettes réduiront le déficit budgétaire du Maroc en 2024

Le Maroc fait face à un défi important en matière de gestion de ses finances publiques. En effet, le pays a enregistré un déficit budgétaire important ces dernières années, mettant ainsi en péril sa stabilité économique. Cependant, les autorités marocaines semblent avoir trouvé la solution pour réduire ce déficit en 2024.

Les recettes fiscales constituent un levier important pour stabiliser les finances publiques d’un pays. C’est dans cette optique que le Maroc a mis en place un plan ambitieux visant à augmenter ses recettes fiscales dans les années à venir. En effet, le pays compte sur une série de réformes fiscales pour renflouer les caisses de l’État et réduire ainsi son déficit budgétaire.

Parmi les mesures prévues par le gouvernement marocain, on peut citer la réduction des niches fiscales, la lutte contre la fraude fiscale, l’optimisation de la gestion des impôts, ainsi que le renforcement de la fiscalité environnementale. Toutes ces actions ont pour objectif d’accroître les rentrées fiscales de l’État et de réduire ainsi le déficit budgétaire.

Par ailleurs, le Maroc mise également sur le développement de nouvelles sources de revenus, notamment en renforçant ses relations commerciales avec ses partenaires économiques, en attirant les investissements étrangers et en encourageant le secteur privé à contribuer davantage à l’économie nationale.

Grâce à toutes ces mesures, les autorités marocaines se montrent optimistes quant à l’amélioration de la situation financière du pays. En effet, elles estiment que le déficit budgétaire du Maroc devrait être significativement réduit en 2024, ce qui permettra de garantir la stabilité économique du pays et de préserver sa crédibilité sur la scène internationale.

En conclusion, les recettes fiscales joueront un rôle déterminant dans la réduction du déficit budgétaire du Maroc en 2024. Grâce à un ensemble de réformes ambitieuses et à un développement des sources de revenus, le pays semble en bonne voie pour rétablir ses finances publiques et assurer sa croissance économique à long terme.

Partagez cette article:

Abonnez-Vous Maintenant

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Table des matières